Témoignage d’une TCC de l’éjaculation précoce

Ejaculation précocePour une meilleure harmonie au sein de notre couple, nous avons choisi de nous faire accompagner par B. Guimpel afin de traiter mon éjaculation précoce.

La première séance s’est déroulée en couple afin d’exposer notre demande et d’exprimer chacun notre point de vue. La décision de consulter un comportementaliste était de son initiative. J’ai la chance d’être accompagné par une conjointe très à l’écoute et convaincue par les pratiques cognitivo-comportementales.
J’ai suivi le reste seul (3 séances).

Avec du recul et en référence à la description faite par B. Guimpel du 27 mai 2011 « L’amour, la performance et l’éjaculation précoce », je me plaçais effectivement dans le schéma « altruiste ». Cette posture ne fait qu’aggraver l’éjaculation précoce avec le temps par une anxiété et une frustration toujours plus accrues. Je dois dire que la décision de se faire suivre par un professionnel et la démarche en elle-même aide beaucoup à se poser et à prendre du recul sur la situation. De mon point de vue, il est important que la compagne prenne part à cette démarche de couple. Elle joue en effet un rôle très important lors des premières phases du « traitement ».

Les séances se sont révélées très efficientes. La trame globale est le découpage des différentes étapes du rapport sexuel pour bien en apprécier les différentes sensations.
La première phase a consisté en l’exposition progressive à la pénétration i.e un rapport sexuel avec préliminaires en s’arrêtant à la pénétration (pas d’éjaculation) afin d’apprécier les sensations liées à la pénétration.
La seconde phase a pour but d’ajouter un peu de mouvements après pénétration, toujours en s’arrêtant avant l’éjaculation.
La troisième phase consiste à faire le lien entre les mouvements et les sensations sexuelles. Pour cela, j’ai utilisé une « vaginette » (vagin artificiel) comme outil afin d’apprécier et d’associer les sensations ressenties aux mouvements du bassin. Ces exercices se pratiquent « en solo » tout en maintenant des rapports sexuels normaux et réguliers. La vaginette est aux premiers abords un vulgaire tube frigide pas très attirant!, mais elle s’avère très efficace. L’alternance des exercices en solitaire et des rapports en couple montre très rapidement des améliorations (env. 2 semaines). La durée des rapports sexuels en est même étonnante (presque déroutante) les premières fois (on s’y fait très « vite » et avec plaisir!)

En bref, le but est de passer du cercle vicieux « préliminaires / pénétration / excitation rapide/ éjaculation » au cercle vertueux « préliminaires / pénétration + gestion active de l’excitation / éjaculation si déclenchée par une forte excitation ». Cela peut se résumer par « Bien connaître et reconnaître son excitation pour la gérer » et éventuellement atteindre l’orgasme avec éjaculation. En effet, l’éjaculation ne se contrôle pas, c’est un réflexe. La solution consiste donc à gérer l’excitation provoquant le réflexe de l’éjaculation.

Nous sommes aujourd’hui très satisfaits de l’amélioration de nos rapports sexuels et conjuguons harmonie, plaisir et sérénité.

Laisser un commentaire